mercredi 30 mars 2011

Il est né le divin enfant

                                                         Accouchement, Timo Nurmi

Deux articles en une semaine, je vous gâte ! Mais ne vous y habituez pas trop quand même...

Hier donc avait lieu ma première vraie expérience de gynécologie/obstétrique, grâce à une petite garde sympathique de vendredi soir. C'est avec un peu d'appréhension que je rentrai dans le bâtiment dédié à cette curieuse spécialité. Appréhension quelque peu liée aux "on-dit" circulant qui mentionnait notamment les difficultés relationnelles éprouvées avec les sages-femmes, mais surtout liée à cette nouvelle expérience qui m'attendait. Au passage, si je n'ai pas eu de vrai rapport avec les sages-femmes, les étudiantes sages-femmes étaient elles très accueillantes avec moi, petit étranger perdu dans ce monde jusqu'alors inconnu de la médecine.

Une fois en tenue de combat, l'interne m'emmène directement en salle de travail, ou une femme patientait plutôt tranquillement entourée de son mari et de quelques étudiantes. J'apprendrai plus tard que cette dame était là depuis 9h le matin, à attendre que le col se dilate et que bébé s'engage. Je me joins donc à cette attente, qui durera finalement 4 heures à partir de mon arrivée.


Après avoir expliqué à la patiente comment pousser, la sage-femme effectue un dernier examen pour repérer la position du bébé. Manque de bol, au lieu de regarder vers le bas et la droite, la jeune demoiselle est tournée vers le haut et la gauche. De même, au lieu de bien fléchir la tête, elle préfère bien la lever. C'est donc un délicat travail pour la sage femme de faire tourner le bébé pendant les poussées de la maman.

Une fois dans une position plus satisfaisante, et à la vue du rythme cardiaque foetal qui commence à ralentir un peu, une extraction à la ventouse est décidée. C'est l'interne qui s'y colle. Le but est donc de "ventouser" la tête du bébé pour tirer et accélérer la sortie, tout en favorisant la descente dans le bon sens, étant donnée la position. Après quelques efforts, la tête apparaît enfin, et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, le reste du corps suit et la petite se retrouve sur le ventre de sa maman fatiguée.

Puis très rapidement, le nouveau-né est séparé de ses parents le temps de l'examiner et de le nettoyer sommairement. Pendant ce temps, le gynéco s'occupe de la délivrance (l'expulsion du placenta) et de refaire un point de suture pour réparer une petite lésion causée par le passage de la tête. Enfin, bébé est ramené pour de bon à ses parents heureux.

Malgré l'aspect franchement peu glamour de la chose (et étant infiniment bon, je vous en ai épargné les détails croustillants...), c'est une expérience vraiment forte en émotion, lorsque le bébé pousse son 1er cri devant les parents aux yeux de cocker.

Le reste de la garde fut très calme, couché à 0h30 et pas réveillé une seule fois dans la nuit.


Petite mention spéciale sur cet article, pour Cécilie (et son Futur Mari) qui a accouché de sa petite Jeanne la semaine dernière. On leur souhaite beaucoup de bonheur !

4 commentaires:

petitegentiane25 a dit…

j'ai beaucoup aimé les "parents aux yeux de cocker " lol ! ... tu verras le jour où tu seras à leur place ... t'auras p'têtre des yeux de lapin russe ? !!!!
alors la gynéco obstétrique ça te tente pas ? parce que ça manque pas un peu de monde dans cette spécialité ?

L'Apprenti Docteur a dit…

L'obstétrique oui ça pourrait m'intéresser, mais pas trop la gynécologie médicale...

Il manque de monde parce que certaines têtes bien pensantes n'ouvrent pas assez de poste à l'internat pour former à cette spécialité, donc les places sont chères !

Cécilie a dit…

Un peu de similitudes avec la naissance de ma fille, tiens ^^

C'est peu glamour, mais c'est tellement d'amour...

L'Apprenti Docteur a dit…

C'est beau ce que tu dis ^^. Ils devraient l'afficher en grand dans les salles de travail !

"C'est peu glamour, mais c'est tellement d'amour..."

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...